simplifiez votre edi en l'externalisant
+33 4 81 91 79 99

Les blockchains privées, tiers de confiance ?

Les blockchains privées, tiers de confiance ?
15/10/2021

A l’exception du monde des cryptomonnaies, les applications basées sur des blockchains restent souvent du domaine de l’expérience. De nombreux projets bâtis sur des blockchains publiques n’ont pas eu de suite. Souvent elles ont été pour leurs promoteurs, des échecs. Pourtant de nombreux experts prédisent que les blockchains auront leurs success stories, à condition d’être considérées et utilisées comme des outils numériques et non comme des chimères pour changer le monde.

Dans cet article nous allons voir que les blockchains privées peuvent restaurer la confiance envers des systèmes complexes et permettront un nouveau partage de l’information. Tout d’abord rappelons en quoi les blockchains privées et publiques sont différentes.

Les blockchains privées vs les blockchains publiques

« La blockchain est la plus grande des innovations informatiques – l’idée d’une base de données distribuée où la confiance s’établit grâce à une collaboration de masse et à un code intelligent plutôt qu’à une institution puissante qui contrôle l’authentification et le fonctionnement. » Don Tapscott, The Blockchain Revolution

Les blockchains sont des technologies de stockage qui se caractérisent en trois points principaux :

  1. Les blockchains sont seulement en mode écriture et lecture. Les blockchains sont souvent comparées à un grand livre comptable sur lequel il n’y a aucune suppression, aucune correction, seulement des ajouts,
  2. Les blockchains s’appuient sur un modèle Peer-to-Peer (P2P). C’est-à-dire que les blockchains sont décentralisées. Il n’y pas d’administrateur central, tous les participants à la blockchain peuvent en détenir une duplication,
  3. Chaque nouvelle transaction doit être préalablement validée avant d’être ajoutée à la blockchain. En effet tout enregistrement ajouté ne pourra plus être ni effacé, ni modifié. La validation s’effectue selon un consensus commun entre participants, on parle alors de minage.

Une blockchain est donc une plateforme sur laquelle on enregistre des applications et des informations.

  • Les blockchains sont publiques lorsque les applications et informations sont accessibles par tous. Les cryptomonnaies, Bitcoin, Ether, sont des blockchains publiques, tout acheteur ou vendeur de cryptomonnaie interagit avec une blockchain publique,
  • Les blockchains sont privées lorsque les applications et informations ne sont accessibles seulement par des organisations autorisées.

Les blockchains privées sont aussi moins couteuses que les blockchains publiques. En effet dans une blockchain publique chaque transaction doit être validée par des mineurs qui sont rémunérés par le prélèvement de frais de 5 à 10 centimes par transaction. Alors que les blockchains privées peuvent s’émanciper des mineurs avec leurs propres règles de transaction. Les temps de transaction des blockchains privées sont dès lors beaucoup plus rapide que sur les blockchains privées.

Les blockchains privées restaurent la confiance envers les systèmes complexes

Bien que les blockchains privées ne soient pas accessibles par tous. Elles conservent néanmoins tous les caractéristiques des blockchains publiques :

La décentralisation

De nombreux ordinateurs, serveurs enregistrent des copies de la blockchain. Les informations, les applications contenues dans la blockchain ne sont pas centralisées en un seul endroit. Les blockchains sont ainsi préservées des incidents qui peuvent survenir à des bases de données classiques : attaques de hackeurs, incendies, catastrophes naturelles,

La transparence

Toute organisation, entreprise, personne éligible à accéder à la blockchain peut consulter instantanément toutes les informations inscrites,

L’inviolabilité

Toute donnée écrite dans la blockchain, n’est pas modifiable et ne peut pas être effacée,

La normalisation

Toutes les données stockées dans la blockchain adoptent le même format quelle que soit leur origine.

Toutes ces qualités attribuées aux blockchains privées garantissent que les enregistrements dans la blockchain sont vérifiés. C’est à dire qu’ils sont exactement identiques et liés à ceux précédemment inscrits. La blockchain permet de remonter bloc par bloc à l’origine de la transaction ou à la source de l’information.

Les blockchains privées peuvent-elles rendre les systèmes complexes transparents ?

Un système complexe se définit comme un ensemble d’entités en interaction entre-elles dont l’objectif est d’opérer une mission commune.

Dans le monde économique, l’industrie, la logistique, la finance, l’assurance sont des systèmes complexes. S’ils s’avèrent efficaces pour mener leur mission principale : c’est à dire mettre à la disposition des entreprises et des consommateurs une offre de moyens, de services, de biens. Lors de crises économiques, financières ou sanitaires, on leur reproche en manque de transparence. Les informations qui circulent entre les acteurs sont difficiles d’accès.

Pour améliorer le partage de l’information de nombreuses entreprises de la finance, de l’assurance, de la logistique initient des blockchains privées.

Le cas de l'entreprise Wallmart

L’exemple de Walmart illustre parfaitement ce souci de transparence. À la suite d’une crise sanitaire aux USA qui a contaminé plus de 200 personnes avec la bactérie e-coli en 2018. Compte de tenu du nombre très important d’intermédiaires sur la chaine d’approvisionnement il a fallu plus de 7 jours pour remonter à la source de la contamination. Avec la blockchain mise en place avec IBM, ce délai a été réduit à 2,2 secondes. La condition est que chaque acteur de la chaine d‘approvisionnement alimente en temps réel la blockchain des informations de traçabilité.

L’objectif d’une chaine d’approvisionnement plus transparente est atteint.

Les blockchains permettent dès lors de répondre au besoin du partage de données et d’informations dans une communauté de partenaires identifiés. Les blockchains permettent de concilier le partage de l’information et la confidentialité des transactions commerciales.

Les éditeurs tel Oracle, IBM proposent aujourd’hui des offres BaaS ou Blockchain as a Service qui permettent à des filières des mondes de l’agroalimentaire, de l’automobile, de la logistique de déployer rapidement des solutions pour tracer leurs produits au moyen d’une blockchain privée.

Les blockchains privées optimisent le partage de l’information

Au sein d’une filière la blockchain permet le partage d’information. Le bénéfice immédiat est que toute l’information recherchée est immédiatement disponible sans nécessité d’interroger les systèmes d’information de chaque acteur de la filière. Cette information est certifiée conforme à l’information initiale. Les blockchains ne permettant pas les suppressions et les modifications.

Dans ce sens les blockchains répondent à une exigence d’information et de transparence entre partenaires d’affaires. Elles permettent de mettre l’information en commun et d’accélérer les temps de prise de décisions au sein d’une filière.

A la question « Une blockchain privée peut-elle devenir Tiers de confiance ? »

Aujourd’hui seul le législateur est en mesure d’apporter une légitimité à la technologie des blockchains. La technologie des blockchains ne garantit que l’accessibilité à une information inaltérée.

Si le sujet de la Blockchain vous intéresse, n'hésitez pas à consulter cet excellent article sur l'EDI et la Blockchain. Tenor accompagne ses clients depuis plus de trente ans dans la mise en œuvre des systèmes de gestion de la donnée. Découvrez nos différentes offres de services et d'accompagnement.